Tout sur le permis d’étude canadien


Fort de l’excellence académique de ses établissements, de ses nombreuses opportunités d’emploi mais aussi de sa relation privilégiée avec la France, le Canada s’est progressivement imposé comme une destination idéale pour les études supérieures, à la fois auprès des étudiants francophones et anglophones. De nombreuses universités canadiennes se retrouvent chaque année dans les classements internationaux, et les plus grandes écoles supérieures américaines et britanniques disposent le plus souvent de plusieurs antennes au Canada.

La stratégie éducative établie par le ministère canadien de l'Éducation met l'accent sur l'augmentation du nombre d'étudiants étrangers. Cela signifie que les étudiants étrangers venant de n'importe quelle partie du monde sont maintenant plus que bienvenus au Canada… il n'est donc pas étonnant que le pays soit devenu une destination étudiante si populaire en si peu de temps. Des métropoles comme Toronto, Montréal, Vancouver, Ottawa et Québec accueillent la plus grande population d'étudiants étrangers et offrent toutes une atmosphère dynamique et animée avec un environnement à la fois agréable et stimulant.

Au Canada, les étudiants peuvent combiner une vie académique enrichissante et des activités de loisirs variées et divertissantes. Parmi les divers visas du Canada, le permis d’étude est sans doute le moins médiatisé. Voici tout ce qu’il faut savoir sur ce précieux sésame !

Refus du permis d’étude canadien : les 5 raisons les plus courantes

Vous trouverez toutes les informations nécessaires pour formuler votre demande du permis d’étude pour le Canada dans notre page dédiée. Pour maximiser vos chances de l’obtenir, nous avons compilé pour vous les 5 motifs de refus les plus courants, avec quelques conseils de pro pour vous aider à réaliser votre rêve.

1. Le CIC peut s'interroger sur votre capacité à subvenir à vos besoins financiers une fois sur place

Lorsque vous présentez une demande de permis d'études, vous devez démontrer que vous avez suffisamment d'argent pour payer le voyage au Canada, régler vos frais de scolarité et subvenir à vos besoins et à ceux des membres de votre famille qui vous accompagnent pendant vos études, le cas échéant. C'est ce qu'on appelle le « show money », un concept bien connu des globe-trotters.

Habituellement, le gouvernement canadien demande six mois de relevés bancaires qui montrent que vous avez assez d'argent de poche (ou que la personne qui s’est portée garante a assez de fonds pour financer votre séjour académique au Canada). Si le gouvernement estime que vous n’avez pas assez d'argent pour subvenir à vos besoins et à ceux de votre famille au Canada, il pourrait refuser votre demande.

Comment résoudre ce problème ? Si votre demande est refusée parce que le CIC met en doute votre capacité à subvenir à vos besoins financiers, vous devriez examiner attentivement les documents financiers que vous avez soumis avec votre demande de permis d’étude. Assurez-vous de répondre aux préoccupations soulevées par l'agent des visas et de présenter des documents supplémentaires pour prouver que vous répondez à l'exigence financière. Un crédit étudiant avec remboursement différé pourrait par exemple régler le problème.

2. Le CIC se demande si vous quitterez le Canada après vos études

Un permis d'études est un visa temporaire, ce qui signifie qu'il a une période de validité et une date d'expiration. Dans votre demande de permis d'études, vous devez convaincre l'agent des visas que vous quitterez le pays à l'expiration de votre permis d'études. Cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas demander une prolongation de votre permis d'études ou rester de façon permanente par la suite.

En fait, il existe de nombreux programmes conçus par le gouvernement pour aider les étudiants à rester et à travailler au Canada après leurs études, ou encore pour accompagner leur transition vers la résidence permanente. L'agent des visas doit être convaincu que vous n’allez pas prolonger votre séjour illégalement au Canada après l’expiration de votre permis d’étude. En somme, il faut montrer que vous avez des perspectives prometteuses chez vous et que vous avez des projets dans votre pays de résidence.

3. Le CIC remet en question le choix de votre programme d’étude

Les demandes de permis d'études sont parfois refusées si l'agent des visas ne comprend pas la logique de votre choix de programme. Une personne ayant un baccalauréat en sciences infirmières et quatre ans d'expérience en tant qu'infirmière qui veut étudier la gestion hôtelière, par exemple, pourrait être interrogée. Le programme choisi au Canada ne doit pas sembler hors sujet lorsqu’on le compare avec la formation initiale de l’étudiant ou son emploi antérieur.

Si votre choix de programme semble curieux compte tenu de vos études ou de votre expérience professionnelle antérieure, vous devez expliquer clairement expliquer votre projet professionnel ou votre réorientation dans votre déclaration personnelle.

4. Le CIC remet en question votre lettre d'acceptation

Avant de pouvoir faire une demande de permis d'études, vous devez recevoir une lettre d'acceptation d'un établissement d'enseignement supérieur canadien (ou équivalent). L'école qui délivre votre lettre d'acceptation doit être un établissement d'enseignement canadien dûment reconnu. Vous devez également satisfaire à toutes les exigences du programme. Si l'agent des visas doute que votre lettre d'acceptation soit authentique, ou s’il pense que vous ne remplissez pas les conditions exigés par le programme d’étude choisi, il pourrait refuser votre lettre d'acceptation.

Passez en revue les documents scolaires que vous avez soumis. Assurez-vous que tous les documents sont clairs et faciles à lire et fournissez tous les documents nécessaires pour appuyer votre demande de visa d’étude.

5. Le CIC remet en question vos documents de voyage ou d'identité

Si vous n'avez pas un dossier complet de vos antécédents de voyage ou si vos documents d'identité ne sont pas clairs, le CIC peut refuser votre demande de permis d'études. Le CIC doit être en mesure de déterminer si vous êtes interdit de territoire pour des motifs sanitaires ou criminels au Canada. Si l'agent des visas pense qu'il y a des espaces vides dans vos antécédents de voyage, examinez les documents que vous avez présentés et les notes de l'agent des visas pour déterminer les périodes problématiques.

Lorsque vous présenterez une nouvelle demande, assurez-vous d'inclure d'autres preuves à l'appui pour couvrir ces périodes. Si le problème vient de vos documents d'identité, examinez votre demande pour vous assurer qu'ils sont clairs et faciles à lire.

Exigences supplémentaires en matière de visa étudiant canadien

Certaines ou l'ensemble des exigences supplémentaires suivantes en matière de visa étudiant canadien peuvent également s'appliquer :

Les candidats d'Europe, du Moyen-Orient ou d'Afrique peuvent être amenés à fournir des éléments biométriques (photographie et empreintes digitales) ;

• Certains demandeurs peuvent également avoir besoin d'un examen médical ou d'une vérification policière avant de présenter leur demande. Vous ne pourrez pas obtenir un permis d'études si vous avez un casier judiciaire. On pourrait vous demander de fournir un certificat de police comme preuve ;

• À moins que vous ne veniez des États-Unis ou de Saint-Pierre-et-Miquelon, vous devrez prouver que vous avez un passeport valide qui vous permet de retourner dans votre pays d'origine une fois votre cours terminé. Deux photos d'identité (format passeport) sont également requises, avec votre nom et votre date de naissance inscrits au verso ;

• Les exigences relatives au visa étudiant canadien comprennent également une preuve de fonds pour subvenir à vos besoins. À l'heure actuelle, ce montant est de 10 000 dollars canadiens (environ 6 900 €) pour chaque année de séjour, et de 11 000 dollars canadiens (7 600 €) si vous demandez à étudier au Québec, en plus de vos frais de scolarité. Vous devrez également vous assurer d'avoir assez d'argent pour payer votre billet d’avion retour ;

• Pour prouver que vous avez cet argent, vous pouvez fournir l'un ou l'autre des documents suivants : relevés bancaires, preuve d'un compte canadien à votre nom si l'argent a été transféré, preuve de paiement des frais de scolarité et d'hébergement, lettre d'une personne ou d'un établissement vous fournissant des fonds ou preuve du financement payé au Canada si vous avez une bourse ou entreprenez un programme financé au Canada, etc.