La météo et le climat de la province du Québec


La météo du Québec

Parce qu’elle couvre une superficie de plus de 1,5 million de kilomètres carrés, la province du Québec présente de grandes variations de températures en fonction de la période de l’année, mais aussi des différentes régions. Dans le sud, où vit l’écrasante majorité des Québécois, le climat est de type « continental », avec quatre saisons bien définies, dont les deux extrêmes sont un hiver froid et enneigé et un été chaud et relativement sec. La région centrale connait les hivers les plus rudes mais aussi les plus longs ainsi que les étés les plus frais et les plus courts. Le Grand Nord connaît un climat de type « arctique », rude et rigoureux, avec un hiver glacial et un pergélisol (sol gelé en permanence et absolument imperméable, typique des régions arctiques).

Dans le sud de la province du Québec, l’hiver dure environ cinq mois. Dans le nord, il s’étale sur plus de 8 mois. Avant de se poser la question « Que faire au Québec », il faut dans un premier temps s’informer sur la météo locale pour éviter les mauvaises surprises.

Généralités autour du climat et de la météo au Québec

Il serait erroné d’assigner à toute la province du Québec un type de climat, tant ses territoires sont immenses et revêtent différentes caractéristiques météorologiques. On fragmente généralement cette province francophone en quatre grands segments affichant chacun un climat propre : la région des Grands Lacs et la plaine du fleuve Saint-Laurent, la région maritime de l’Est, la région subarctique et la région arctique à proprement parler.

#1 Météo du Québec : la région des Grands Lacs

Cette partie de la province du Québec connaît un climat continental humide, que l’on retrouve également le long du fleuve Saint-Laurent. Les conflits entre les masses d’air polaire et tropical se produisent à plusieurs reprises, ce qui se traduit par de très grands écarts saisonniers, notamment dans les zones géographiques les plus éloignées de l’océan qui joue un rôle d’inertie.

#2 Météo du Québec : la région maritime de l’Est

Ici, on retrouve un climat de type océanique, plutôt tempéré, avec des hivers moins rigoureux que dans la région des Grands Lacs et des étés à température agréable. Ce climat évolue progressivement à mesure que l’on s’éloigne des façades maritimes, pour tendre vers un climat à tendance continentale. Ce climat favorise la croissance végétale, ce qui fait de la région maritime de l’Est un des plus portions les plus luxuriantes du Québec. A proximité immédiate du littoral, on retrouve des paysages de lande, avec des bruyères, des genêts et des herbes. Plus à l’intérieur, les forêts gagnent progressivement en densité avec des hêtres et des chênes.

#3 Météo du Québec : la région subarctique

Cette partie du Québec connait un climat intermédiaire entre les climats tempérés et polaires : le climat subarctique. Les villes de cette région sont essentiellement minières, car les conditions de vie sont plutôt rudes avec des hivers rigoureux et des étés courts et frais.

#4 Météo du Québec : la région arctique

Sans trêve hivernale ni chaleur estivale, la région arctique du Québec connait un climat polaire marqué par des températures froides toute l’année, jamais supérieures à 10°C. Les longues nuits polaires sont responsables d’une déperdition d’énergie qui provoque un froid permanent. L’absence de rayonnement solaire participe également à cet état de fait.

La météo du Québec : un critère important avant votre voyage

Le printemps au Québec : privilégiez un séjour urbain

Le printemps au Québec, un régal ! // Source : TripUsaCanada.com

Au Canada plus qu’ailleurs, la météo est un critère décisif qui va influer sur la nature de votre séjour. La province du Québec ne déroge pas à cette règle. La haute saison pour les voyages au Québec se situe entre juin et août. C’est à cette période qu’il fait le plus chaud (ou le moins froid), avec le plus souvent un soleil radieux et généreux. Toutefois, le meilleur compromis pour éviter la congestion estivale (à nuancer, car le Canada n’est pas forcément une très grande nation touristique, surtout compte tenu de sa superficie) resta la période de septembre à début novembre : les prix sont moins élevés, les hébergements plus disponibles et l’été indien n’est jamais loin pour les plus chanceux.

L’autre basse saison se situe entre avril et juin. La météo du Québec n’est pas toujours clémente à cette période, mais il est tout à fait possible d’apprécier les activités de plein air. Le seul inconvénient du printemps au Québec, c’est qu’il fait trop chaud pour faire du ski ou de la motoneige et trop froid pour se baigner. Profitez donc de votre séjour québécois à la mi-saison pour sillonner la ville, tester la gastronomie locale, visiter les musées, etc. Pendant cette période, c’est Montréal qui présente la météo la plus clémente, avec des minimales à 1°C et des maximales à 11°C. Du côté de Québec, la minimale est à -1°C et la maximale à 8°C. Enfin, à Gatineau, la minimale est à 0°C et la maximale à 11°C. In fine, le printemps québécois se distingue par des journées fraîches mais ensoleillées et des nuits froides.

L’été au Québec : la haute saison pour un séjour dans la province

Le soleil et les températures chaudes sont tempérés par une brise fraîche venant du fleuve Saint-Laurent. Si vous êtes du genre baroudeur et que vous ne jurez que par les activités de plein air, c’est entre fin mai et fin août que vous devez programmer votre séjour au Québec. Si vous convoitez les espaces sauvages et que les attractions touristiques ne vous intéressent pas plus que ça, on vous conseille de programmer votre séjour au Québec entre le 15 mai et le 15 juin. Le tourisme de masse n’a en effet pas encore commencé puisqu’une grande partie des points d’intérêt de la province n’ont pas encore ouvert leurs portes. Cette période est également particulièrement économique, que ce soit au niveau des vols en provenance de l’Hexagone ou au niveau des hébergements, plus abordables en cette pré-saison estivale. La température moyenne à Montréal et Québec oscille entre 15 et 17°C entre la mi-mai et la mi-juin. Prévoyez tout de même une bonne veste et un coupe-vent pour les nuits fraîches et pluvieuses.

Si vous êtes plutôt du genre à expérimenter les attractions touristiques du Québec, programmez votre séjour entre la mi-juin et la mi-septembre. La haute-saison se situe entre le début de juillet et la fin d’août. Tout est plus cher, et tout doit être réservé bien à l’avance (location de voiture et hébergements notamment). Il fait en moyenne 25°C à Montréal et à Québec, mais il n’est pas rare que les températures grimpent au-dessus de 30°C, voire 35°C. Vêtements légers et couleurs claires sont donc de mise.

L’autonome au Québec : l’été indien illumine la province !

L'automne au Québec, de superbes paysages ! // Source : Quebecyachting.ca

L’été indien est un phénomène bien connu des Américains du Nord. Au Québec, l’automne est tout simplement flamboyant. Les arbres se parent de teintes rouges et or, dans un décor de carte postale qui nous ferait presque oublier la rareté des rayons du soleil. La période comprise entre la mi-septembre et la fin d’octobre plaira aux flâneurs du dimanche qui souhaitent fuir la congestion estivale sans pour autant débarquer au Québec au temps des premiers gels. Vous voyagerez à moindre coût pendant cette période. De belles journées ensoleillées vous attendent, avec une moyenne de 11°C à Montréal et à Québec. Les nuits sont par contre assez fraîches. Votre valise sera donc plus conséquente avec des vêtements du jour, plus légers, et des vêtements de nuit, de saison.

Entre novembre et la mi-décembre, il fait trop froid pour visiter les grands espaces mais pas assez pour pratiquer les sports d’hiver. Le thermomètre tourne autour du point de congélation, et les principales attractions touristiques sont fermées. Comme avant l’été, votre séjour pendant cette période sera résolument urbain avec des virées shopping aux Galeries de la Capitale et à la Place Ste-Foy notamment, des soirées dans les guinguettes montréalaises ou encore des visites culturelles.

L’hiver au Québec : priorité aux sports d’hiver

L'hiver au Québec. // Source : Wikipedia.org

L’hiver est une composante indissociable de l’art de vivre québécois. La température moyenne est de -5°C de jour et – 15°C de nuit à Montréal, et il fait encore plus froid du côté de la capitale Québec. De décembre à mars, les températures n’empêchent pas les Canadiens de célébrer l’hiver en pratiquant les sports d’hiver dans les patinoires, les terrains de hockey mais aussi dans la rue. Ski, motoneige, raquette, traîneau à chiens et pêche sous la glace sont les réponses des Québécois aux caprices de la météo !

Les chutes de neige les plus importantes sont du côté de Gaspé avec 318 cm en janvier, suivie de près par Québec avec 300 cm. Montréal est la ville la moins enneigée de la province francophone, avec 185 cm de neige en janvier.

Pour apprécier l’hiver québécois à sa juste valeur, vous allez devoir porter plusieurs épaisseurs de vêtements chauds à base de laine ou de fibres. Evitez les vêtements en polyester et en coton car ils retiennent l’humidité et n’emmagasinent pas la chaleur. Prévoyez également des bottes chaudes et imperméables. En hiver, vous allez pouvoir visiter des attractions typiques du Canada : les bains nordiques en plein air, l’apéro entre amis ou en famille à l’Hôtel de glace de la capitale, le Carnaval de Québec mais aussi et surtout l’observation des phoques et de leurs bébés au large des Îles de la Madeleine !

Pour une expérience encore plus folklorique, n’hésitez pas à faire du traîneau à chien du côté du Village sur Glace de Roberval aménagé sur le lac Saint-Jean. Cette installation pensée pour les amoureux des péripéties enneigées est la quintessence même de l’hiver québécois. En somme, et en dépit de son côté très rude, l’hiver au Québec révèle toute la splendeur de cette région du monde qui brille par sa biodiversité, par la grande beauté de ses paysages enneigés, par l’accueil chaleureux de ses habitants et par un cosmopolitisme qui impacte la cuisine, la culture et l’artisanat pour le plus grand plaisir des globe-trotters à la recherche d’un séjour dépaysant.

Comment faut-il envisager la lutte contre les changements climatiques au Québec ?

La lutte contre les changements climatiques s’envisage de deux manières au Québec : d’une part, il s’agit de l’atténuation des gaz à effet de serre, dans une optique de prévention, puis d’autre part de l’adaptation aux changements climatiques en anticipant les impacts prévus sur l’environnement. Différents types d’actions sont prévus par le gouvernement de la province du Québec, conformément au protocole de Kyoto puis aux accords de Paris. Des projets plus locaux ont également été lancés en concertation avec les ONG québécoises, notamment dans la gestion des risques, notamment pour limiter l’érosion côtière.

Le Canada compte plus de 450 chercheurs reconnus qui produisent des données fiables qui peuvent être utilisées pour lutter efficacement contre les changements climatiques dans ce pays à la biodiversité époustouflante. Le Québec cherche à adapter sa législation aux changements climatiques en révisant et en modifiant un grand nombre de lois pour s’assurer d’intégrer dans le processus décisionnel cette préoccupation pour la réduction de la vulnérabilité et l’introduction des mesures d’adaptation.

Pour améliorer sa réponse aux changements climatiques, le gouvernement de la province du Québec vise une meilleure intégration de son action, notamment entre les acteurs de la recherche, les décisionnaires à différentes échelles, la société civile, le secteur privé et les citoyens pour que les solutions développées soient réellement efficaces et acceptées par l’ensemble des partenaires qui peuvent ainsi agir en synergie. L’autre aspect reste l’intégration entre secteurs. Les changements climatiques ont été pour longtemps catégorisés dans le cadre du ministère de l’Environnement. Aujourd’hui, le Québec cherche également à impliquer les organismes de tutelle de l’agriculture, de la gestion des pêcheries, des infrastructures, des transports, etc.