Le permis de travail pour le Canada


Le Canada accueille chaque année quelque 250 000 immigrants en provenance des quatre coins de la planète. Travailler au Canada, c’est un peu ce projet que l’on a tous quelque part, au coin de la tête. Il faut dire que le pays collectionne les bons points, surtout pour les Français et les francophones : il combine l’appétit nord-américain pour l’entrepreneuriat, l’innovation et le risque, tout en proposant une intégration plus douce du côté de la région du Québec dont les habitants parlent français.

Travailler au Canada peut être l’occasion que vous attendiez pour (re)lancer votre carrière ou vivre une deuxième vie au pays du Caribou, avec peut-être la possibilité de faire un tour aux USA de temps en temps. Si cette perspective vous fait rêver, lisez cet article pour en savoir plus sur les différents visas canadiens.

Un taux de chômage faible, des avantages sociaux et un coût de la vie raisonnable

Avec plusieurs milliers d'emplois créés chaque mois, le Canada affiche un taux de chômage très faible comparativement aux autres pays développés (la France affiche un taux de chômage près de deux fois supérieur à celui du Canada). Il faut dire que le Canada est le deuxième plus vaste pays de la planète, et sa proximité avec les USA vient également maximiser les opportunités professionnelles. Le Canada se classe au premier rang en matière de technologies modernes et progresse rapidement, ce qui en fait le meilleur endroit pour les professionnels de la Tech, en particulier les informaticiens et les développeurs qui sont plus que chouchoutés dans un contexte marqué par la pénurie des talents.

Les télécommunications, les produits pharmaceutiques, l'aérospatiale et le génie comptent parmi les industries les plus populaires dans de nombreuses villes du Canada. Si vous avez un permis de travail Canada valide, votre conjoint pourra de fait lui aussi travailler au Canada. Certes, il ou elle devra obtenir son propre permis de travail Canada, mais il n’aura pas besoin d’attendre une offre d’emploi pour lancer la procédure. Les enfants pourront par ailleurs étudier gratuitement dans les écoles primaires et secondaires du Canada. Tous ces facteurs jouent en votre faveur. A vous d’assurer !

Le Canada dispose de l’un des codes de travail les plus souples et les plus avantageux pour les salariés. Il y a par exemple une batterie d’avantages pour les femmes enceintes, celles qui viennent d'accoucher ou celles qui ont adopté un enfant. De plus, ces dernières bénéficient gratuitement de conseils en matière de santé, de nutrition, d’éduction, etc. Le programme canadien de nutrition prénatale s'adresse aux femmes enceintes qui font face à des situations difficiles. Le programme comprend des conseils en matière de nutrition, une formation sur l'alimentation, la supplémentation en vitamines prénatales, l'éducation sur l'allaitement maternel et des conseils sur le mode de vie maternel.

Si vous comptez aller travailler au Canada, vous vous êtes sans doute déjà posé des questions sur le coût de la vie… avec quelques appréhensions. Rassurez-vous. Le coût de la vie reste très raisonnable pour un pays aussi développé. Vous allez même peut-être y gagner au change si vous avez vécu et travaillé en France jusque-là. En effet, l’alimentation, l’habitation, l’habillement et le transport sont, en moyenne, moins chers au Canada qu’en France. Le point de dépense qui risque de vous poser problème reste les soins de santé, même si le Canada reste plutôt raisonnable comparativement au voisin américain. Le pays a également un faible taux de criminalité, ce qui en fait l'un des endroits les plus sûrs au monde. L'indice de développement humain, qui une mesure du bien-être et du niveau de vie des citoyens, classe le Canada au 6e rang mondial. Le Canada propose également un excellent système d'éducation et une longue espérance de vie.

Ce qu’il faut savoir sur le visa de travail au Canada

L’écrasante majorité des ressortissants étrangers qui souhaitent s’établir au pays du sirop d’érable et y exercer une activité professionnelle ont besoin d’un permis de travail pour le Canada. Vous allez devoir choisir entre deux types de permis de travail en fonction de votre situation :

Le permis de travail ouvert, qui permet d’être embauché par n’importe quel employeur canadien, à l’exception de ceux qui figurent dans la liste des employeurs dits « inadmissibles ». Il y a également une autre exception : celle des employeurs qui opèrent dans la filière des services d’escorte, des massages érotiques, etc. Le permis de travail ouvert n’est pas lié à l’emploi en tant que tel. Il est délivrable aux étudiants étrangers admissibles au Programme de permis de travail postdiplôme, aux étudiants « démunis », à ceux qui disposent d’un permis de travail lié à un travailleur et qui ont subi des violences sur leur lieu de travail, à ceux qui disposent d’une résidence permanente au Canada, aux titulaires d’un permis de séjour temporaire ou encore aux réfugiés, demandeurs d’asiles, personnes protégées, etc.

Le permis de travail lié à un employeur bien défini. Il vous permet de travailler pour un employeur en particulier, pour une durée préalablement définie dans un endroit déterminé. Ce type de permis de travail se destine notamment aux universitaires, aux travailleurs des productions cinématographiques ou télévisuelles, aux travailleurs chargés de la réparation ou de l’entretien des équipements industriels ou commerciaux, aux travailleurs d’une œuvre de charité ou appartenant à un ordre religieux, aux athlètes professionnels et aux entraîneurs sportifs, aux chanteurs, musicien d’orchestre, chanteurs d’opéra et personnes exerçant des activités similaires, aux stagiaires qui bénéficient du programme Stage Coop International, aux travailleurs francophones ou bilingues qui comptent travailler pour une institution francophone en dehors du Québec, aux travailleurs mutés à la division canadienne d’une même entreprise, etc.

Vous comptez partir travailler au Canada et vous hésitez sur le type de permis qu’il vous faut ? On vous conseille de visiter la page dédiée au permis de travail sur le site officiel du gouvernement et de répondre le plus honnêtement possible aux questions posées dans le formulaire. Vous serez par la suite redirigé vers la page dédiée au type de permis de travail qu’il vous faut.

Le visa stage au Canada : quel intérêt ?

Chaque année, plus de 15 000 étudiants français affichent leur souhait de passer un stage au Canada. Tous ne concrétisent pas ce projet, mais les occasions ne manquent pas, surtout si vous êtes Français. Un projet de cette envergure se prépare bien à l’avance, mais le jeu en vaut la chandelle : vous allez pouvoir profiter d’une belle immersion dans une entreprise nord-américaine, pratiquer votre anglais si vous faites les choix d’une entreprise en dehors de la province francophone du Québec, aiguiser vos soft skills, découvrir une nouvelle culture, peut-être faire un tour aux Etats-Unis pour goûter au rêve américain, étoffer votre CV, densifier votre carnet d’adresse, décrocher une promesse d’emploi dans un avenir proche, faire des rencontres, découvrir le deuxième plus vaste pays de la planète avec sa biodiversité impressionnante, etc.

Difficile de résister à l’appel de phare du Canada, surtout pour un stage rémunéré !

Maintenant qu’on a dit ça, il faut savoir que le Canada est parfois victime de son succès au vu des conditions idéales qu’il offre aux stagiaires français. Pour trouver un stage au Canada, et à moins d’avoir une touche avec une entreprise sur place, vous allez devoir passer par les portails spécialisés comme Talent Egg, Job Bank, Jobs in Canada, Eluta, Interne Association of Canada ou encore l’association AIESEC, également présente en France. L’autre possibilité pour trouver votre stage au Canada consiste à passer par une agence de placement avec plusieurs avantages mais aussi un inconvénient majeur : le coût, qui peut être compris entre 20 et 450 € en fonction du type de stage, du secteur d’activité, de la rémunération, de la période, de votre profil, etc.

Vous pouvez également passer par la case « langue » pour faire un séjour linguistique au Canada sous forme de stage. Quel que soit l’option que vous aurez retenue, vous allez devoir décrocher un visa de stage au Canada. Pour ce faire, il faut satisfaire un certain nombre de conditions : être de nationalité française, être âgé de 18 à 35 ans au moment de la demande du visa de stage Canada, avoir décroché une offre d stage au Canada, être inscrit dans un établissement de formation supérieure, avoir payé les frais de dossier de la demande de visa de stage au Canada, avoir souscrit à une assurance santé pour le Canada, avoir les ressources financières suffisantes pour financer votre projet, à raison de 700 € par mois passé au Canada, etc. Vous pouvez également passer votre stage au Canada à travers le programme Expérience Internationale au Canada (EIC).