Français : ce qu'il faut savoir pour travailler au Canada


Travailler au Canada... c'est une pensée qui traverse de nombreux Français qui souhaitent donner un nouveau souffle à  leur carrière, explorer de nouveaux horizons plus exotiques ou tout simplement goûter à  la douceur de vivre du pays des caribous. Le Canada est-il vraiment un eldorado professionnel ?

Le pays est perçu comme ouvert sur le monde, accueillant pour les immigrants et rempli d'opportunités. Mais en dépit d'une politique d'immigration plutôt souple, trouver du travail au Canada n'est pas forcément une partie de plaisir... sauf si l'on justifie d'une expertise rare ou de compétences clés dans l'un des secteurs d'activité prioritaires. Vous convoitez un permis de travail au Canada ? Voici tout ce qu'il faut savoir pour maximiser les chances d'une brillante carrière en Amérique du Nord !

Travailler au Canada : le pays a-t-il besoin de travailleurs étrangers ?

Plus du quart de la population active du Canada est composée d'immigrants. Et il se trouve que la génération des baby-boomers prend justement sa retraite, ce qui pousse les entreprises à  chercher d'autres options en dehors de leurs frontières nationales. Les décideurs canadiens en sont conscients, et c'est pourquoi ils sont prêts à  « accepter » de la main-d'œuvre d'autres pays, notamment européens, dans la mesure où leurs ressortissants présentent « moins de risques » et affichent une meilleure propension à  s'adapter à  la culture locale.

Ce n'est pas un hasard si l'écrasante majorité des pays de l'UE sont exemptés du visa touristique pour le Canada. L'économie canadienne a connu une croissance de 1,4 % du PIB en 2016 et de 3 % en 2017. Parallèlement, le taux de chômage est passé de 7,0 % en 2016 à  5,6 % en 2018, ce qui augure d'une belle décennie sur le plan de la création d'emploi et donc, par ricochet, pour l'immigration professionnelle. Les industries forestière et pétrolière, qui sont traditionnellement les secteurs primaires du pays, restent également cruciales pour l'économie. D'un autre côté, et même si le pays n'a pas forcément cette réputation, le Canada est l'un des chefs de file mondiaux de l'industrie du logiciel de divertissement et possède une importante industrie de haute technologie.

Les développeurs, les designers, les data scientists ou encore les informaticiens sont particulièrement demandés du côté de Toronto, Vancouver et Montréal, villes majeures qui abritent les sièges des grandes firmes du pays.

Le Canada a grandement besoin de talents dans l'univers de la technologie. Les industries les plus gourmandes en main-d'œuvre au Canada appartiennent à  la catégorie des STIM (sciences, techniques, génie et mathématiques) suivies des soins de santé et de l'aide sociale et aide à  la personne face au vieillissement de la population. À la fin du quatrième trimestre de 2017, le Canada comptait près de 400 000 postes non comblés en raison du manque de travailleurs qualifiés et de la croissance économique rapide. C'est tout simplement le plus grand nombre d'emplois non pourvus dans le secteur privé jamais enregistré au Canada. Les industries qui ont connu la plus forte augmentation du nombre d'emplois vacants au cours de la même période sont les services personnels, l'information, les loisirs, les arts et le commerce de détail.

L'un des documents clés concernant l'immigration a été publié en septembre 2017. C'était la première fois que les ministres du gouvernement canadien s'entendaient sur un plan d'immigration pluriannuel, rompant avec la tradition qui consistait à  publier une feuille de route annuelle. Il est prévu d'accueillir environ 191 600 étrangers en 2019 et 195 800 en 2020, essentiellement depuis l'Europe, ce qui vous donne une chance intéressante.

Certaines provinces mettent également en œuvre leurs propres plans pour l'emploi de travailleurs qualifiés de l'étranger. En Colombie-Britannique par exemple, une offre d'emploi sur 25 n'est pas pourvue, notamment dans le monde des nouvelles technologies. C'est l'une des raisons pour lesquelles le gouvernement canadien a décidé de lancer un programme appelé Tech Pilot pour attirer de nouveaux employés de l'étranger. Le Canada accueille chaque année 300 000 immigrants, la plupart provenant de la catégorie du regroupement familial et de la catégorie de l'immigration économique. Le programme de la catégorie du regroupement familial vise principalement à  aider les familles à  se réunir. Il exige qu'un résident permanent soutienne et parraine un membre de sa famille pour qu'il devienne également résident permanent du Canada. Le programme d'immigration économique aide les professionnels et les travailleurs qualifiés à  venir au Canada et à  obtenir la résidence permanente. Maintenant, la question est de savoir si vous avez les compétences que recherchent les employeurs canadiens. Ou préférez-vous devenir un employeur étranger au Canada plutôt qu'un employé ?

Travailler au Canada : quid de la paperasse ?

Quelle que soit la raison qui vous pousse à  songer à  déménager au Canada et à  commencer une nouvelle carrière en Amérique du Nord, vous allez devoir préparer vos documents à  l'avance. Si vous n'êtes pas Canadien ou si vous n'avez pas de résidence permanente dans le pays, vous devez demander un permis de travail temporaire pour travailler légalement dans le pays.

N'oubliez pas qu'avant de postuler, vous devez avoir une offre d'emploi confirmée par un employeur canadien. Vous prévoyez probablement de vivre au Canada dans l'avenir et y demeurer à  titre de résident permanent. Dans ce cas, vous devriez vous munir d'un permis de travail qualifié. En tant qu'étranger qualifié, vous devez présenter une demande au moyen d'un système appelé « Entrée express » qui gère les demandes de résidence permanente pour les travailleurs qualifiés. La première étape serait alors de savoir si vous êtes admissible à  ce type de permis. Une fois que vous le savez, vous pouvez commencer à  chercher un emploi.

Une autre façon de travailler Canada serait d'être invité par une province ou un territoire canadien par l'entremise du Programme des candidats des provinces, qui vise les travailleurs qualifiés disposant des compétences, formations et expériences nécessaires pour contribuer à  l'économie locale ou régionale. La troisième option consiste à  obtenir un permis de travail spécial destiné à  des groupes particuliers de travailleurs, comme les programmes spéciaux pour les travailleurs agricoles ou les hommes d'affaires.

Si vous songez à  créer votre propre entreprise au Canada en tant qu'étranger, vous pouvez également recevoir de l'aide de la part de l'Etat. Le visa de création d'entreprise du Canada est le premier programme du genre au monde. Si vous êtes retenu, vous pourrez déménager au Canada et obtenir la résidence permanente sans aucune condition, même si votre entreprise venait à  déposer le bilan. Outre les critères de base, la seule chose requise est d'obtenir l'engagement d'un groupe d'investisseurs ou d'un fonds de capital de risque canadien pour concrétiser votre projet.

Aller travailler au Canada : tour d'horizon des métiers les plus demandés

Travailler au Canada en tant qu'assistant de vente

Contrairement à  ce que l'on pourrait penser, le digital n'a pas tué le commerce des points de vente réels... loin de là . Le poste d'assistant de vente est le plus demandé au Canada à  l'heure actuelle. Voici une explication possible : le commerce de détail est le plus gros employeur du pays, fournissant des emplois à  quelque deux millions de Canadiens, soit plus de 10% de la population active du pays.

L'économie se porte bien, et la courbe de la consommation suit une tendance haussière. Maintenant, c'est un poste peu qualifié qui ne justifie pas forcément d'embaucher un travailleur étranger... à  moins de commercialiser des produits spécifiques qui exigent des compétences particulières, ou de cibler une clientèle étrangère, ce qui impliquerait un travailleur maîtrisant une langue particulière.

Partir au Canada pour travailler en tant que développeur web

Une grande partie de l'économie repose sur le code... et donc sur les personnes qui peuvent l'écrire, qu'il s'agisse de créer des sites web ou des applications mobiles. Les développeurs ont le vent poupe, au Canada mais aussi dans tous les pays développés... et même ailleurs. Le Canada privilégie les développeurs full stack capables d'évoluer dans des environnements différents, gérant à  la fois le front (interface utilisateur) et le back end. Les salaires moyens dans cette filière varient entre 85 000 $ et plus de 100 000 $ !

Travailler au Canada en tant que développeur blockchain

On peut associer le concept de la « blockchain » à  la cryptomonnaie, mais la technologie qui a permis de créer de l'argent numérique affiche d'innombrables autres applications potentielles. La blockchain fournit un enregistrement permanent, immuable et inviolable, pour certifier une propriété, créant un genre de réseau décentralisé pour stocker des données qui ne dépendent plus d'une autorité centrale ou d'intermédiaires.

La blockchain peut donc être mobilisée pour l'exécution de transactions financières, le transfert sécurisé des dossiers médicaux ou encore la propriété cadastrale. Les employeurs des secteurs de la banque, de l'assurance et de la santé convoitent les développeurs de la chaîne Blockchain pour expérimenter leurs propres chaînes de distribution.

Travailler au Canada en tant qu'infirmière/infirmier qualifié(e)

Lorsqu'il s'agit des emplois les plus demandés au Canada, les soins infirmiers pourraient très bien se classer en tête de liste. Deux facteurs principaux sont à  l'origine de la demande d'infirmières et d'infirmiers. La première est que les baby-boomers atteignent l'âge de la retraite. Par conséquent, on s'attend à  ce que de plus en plus d'infirmières qui font partie de cette génération prennent bientôt leur retraite.

En 2016, l'âge médian des infirmières agréées au Canada était de près de 42 ans. Ainsi, environ la moitié de la main-d'œuvre dans cette filière a entre 42 et 65 ans, sans oublier que la majorité des infirmières canadiennes prennent leur retraite autour de 61 ans. Le deuxième facteur important qui stimule la demande de soins infirmiers est le vieillissement de la population canadienne en général. Les personnes âgées ont généralement des besoins de soins de santé plus élevés que ceux des jeunes générations. Ainsi, à  mesure que les baby-boomers vieillissent, on s'attend à  ce que la demande de soins médicaux augmente, ce qui créera un certain nombre de nouveaux emplois. En réalité, de 2017 à  2026, il pourrait y avoir une pénurie d'environ 13 200 infirmières qualifiées dans le pays. Plus globalement, les métiers de la santé et des services à  la personne sont en pénurie au Canada, mais aussi dans tous les pays industrialisés.

Travailler au Canada en tant qu'électricien industriel

De 2017 à  2026, jusqu'à  1 200 postes d'électricien industriel pourraient ne pas être comblés en raison d'un manque de travailleurs qualifiés. Cela est dû à  une combinaison de départs à  la retraite, de promotions et de changements de carrière. À mesure que l'exploitation minière, l'exploitation du gaz et la construction deviennent de plus en plus automatisées, les électriciens industriels deviennent indispensables dans la chaîne. Vous allez devoir installer, tester, entretenir et réparer des machines et des équipements industriels.

Travailler au Canada en tant que chercheur en Intelligence Artificielle (IA)

L'intelligence artificielle ou IA désigne un ensemble de techniques destinées à  rendre un logiciel capable d'apprendre par lui-même en se basant sur des données massives. Les chercheurs en intelligence artificielle ont généralement une formation en génie logiciel et en science des données et sont chargés d'élaborer des outils d'intelligence artificielle capables d'effectuer des tâches spécifiques comme la détection de la fraude financière, la prévision des besoins des clients, la collecte d'informations pertinentes, l'anticipation des crises, etc.

L'essor des emplois liés à  l'IA s'explique par le fait que les ordinateurs sont toujours plus rapides (et moins coûteux), ce qui permet aux entreprises de passer au crible d'énormes volumes de données pour repérer les tendances utiles et formuler des prédictions pour anticiper les tendances. Les données massives collectées sont donc utilisées pour former des machines dites artificiellement intelligentes et des logiciels capables de réaliser un apprentissage autonome. Les applications de l'IA sont quasiment infinies : de la capacité à  reconnaître et à  combattre la fraude en temps réel, en passant par la prévision des besoins des clients jusqu'à  l'apprentissage de la conduite automobile.

Dans la même catégorie