Tour d’horizon des quartiers de la ville de Québec


La ville de Québec est divisée en six arrondissements, ces derniers étant le résultat de plusieurs vagues de fusion et de réorganisation des frontières politiques et administratives de la capitale de la province francophone. Ces six arrondissements sont en outre divisés en 36 quartiers, qui sont désignés par leurs numéros plutôt que par leurs noms depuis 2005. Voici notre tour d’horizon des six arrondissements de Québec !

#1 La Cité-Limoilou

La cité Limoilou. // Source : Wikipedia.org

La Cité-Limoilou est l'arrondissement central de la ville de Québec. C’est aussi le plus ancien sur le plan architectural et le plus peuplé, accaparant environ 22 % de la population totale de la ville. C’est une nouvelle division administrative formée le 1er novembre 2009 par la fusion des anciens arrondissements de La Cité et de Limoilou. L’arrondissement est composé de neuf quartiers. Six d’entre eux faisaient partie de La Cité (Vieux-Québec, Cap Blanc, Saint-Roch, Montcalm, Saint-Sauveur et Saint-Sacrement) et trois de Limoilou (Vieux-Limoilou, Lairet et Maizerets).

La Cité (« la ville » ou « la forteresse ») est le cœur historique de la ville de Québec. Elle se confondait d’ailleurs géographiquement avec la capitale jusqu'à l'expansion et les fusions du XIXe siècle. L'ancien arrondissement a été divisé en six districts différents avant la réorganisation de 2009. Le quartier central de La Cité est le Vieux-Québec-Cap-Blanc-Colline Parlementaire. Il est centré sur la vieille ville fortifiée, le Vieux-Québec, et comprend également la colline du Parlement, le Vieux-Port et le quartier commercial du Petit Champlain. D'autres quartiers de La Cité abritent également une grande partie de l'architecture historique et de nombreuses institutions importantes.

Limoilou est un ancien arrondissement de Québec. Il comprenait les quartiers du Vieux-Limoilou, du Lairet et de Maizerets. Il est bordé au nord-est par l'arrondissement de Beauport, au nord-ouest par l'arrondissement de Charlesbourg, au sud-ouest par l'arrondissement Les Rivières et au sud par l'ancien arrondissement de La Cité (qui fait maintenant partie de La Cité-Limoilou). Sur le plan architectural, Limoilou est le plus ancien quartier de la ville de Québec après La Cité. C'est aussi le deuxième arrondissement le plus densément peuplé de la ville de Québec, avec 4 656 habitants/km². L'une des caractéristiques du quartier est sa disposition en quadrillage et l’appellation « numérique » de ses rues, comme la 11e Rue et la 3e Avenue.

#2 Les Rivières

La rivière Saint-Charles. // Source : Wikipedia.org

Cet arrondissement québécois tire son nom de la rivière Saint-Charles qui traverse l'arrondissement ainsi que de deux rivières tributaires de Saint-Charles : Berger et Lorette. L'arrondissement est géographiquement situé au centre-ville de Québec et comprend le centre commercial Galeries de la Capitale. L'arrondissement Les Rivières correspond largement au secteur Rivières de l'ancienne ville de Québec (la ville de Québec telle qu'elle était connue avant la réorganisation municipale de 2002). L'arrondissement comprend également l'ancienne ville de Vanier qui a fusionné avec Québec en 2002.

Le secteur Rivières de l'ancienne ville était composé de quatre municipalités annexées à la ville de Québec dans les années 1970. Il s'agit de Duberger, Les Saules, Neufchâtel et Charlesbourg-Ouest. Ces anciennes municipalités ont conservé leur nom respectif en tant que quartiers de la ville de Québec, à l'exception de Charlesbourg-Ouest qui a été rebaptisé Lebourgneuf, en référence aux dernières lettres de Charlesbourg et aux premières lettres Neufchatel.

#3 Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge

Cet arrondissement est le résultat de l’agrégation des quartiers de Cap-Rouge et de l’Aéroport à l’ancien arrondissement de Sainte-Foy-Sillery, à l’organisation de la réforme du 1er novembre 2009. Il se déploie sur une superficie de 95 km² et accueille plusieurs sites touristiques et destinations prisées par les étrangers comme la Promenade Samuel de Champlain, Laurier Québec, Tracel de Cap-Rouge et surtout l’Université Laval. Cet arrondissement vient en bordure du fleuve Saint-Laurent et compte deux ponts, « Pierre Laporte » et « Port de Québec », d’où son surnom de « porte d’entrée de Québec ». Au-delà de ses intérêts touristiques portés par l’harmonie parfaite entre la trame urbaine et les grands espaces verts très prisés par les locaux, cet arrondissement est connu pour son fort intérêt académique, car il compte, en plus de l’Université Laval, le Collège de Champigny, l’école secondaire de Rochebelle, l’Université du Québec, l’Ecole Nationale d’Administration Publique ainsi que les Cégep Garneau et de Champigny.

Sillery a une grande histoire qui remonte au XVIIe siècle. C'était le site de la première réserve indienne et mission jésuite du Canada, Sillery, au bord du Saint-Laurent. La réserve était financée par Noël Brulart de Sillery (1577-1640), qui a donné son nom à la ville. Aujourd'hui, Sillery abrite des écoles privées et les couvents d'un certain nombre de congrégations religieuses catholiques romaines. Riche d'un patrimoine architectural exceptionnel, Sillery compte de nombreuses demeures anciennes, comme celle de Cataraqui.

#4 Charlesbourg

L'arrondissement Charlesboug. // Source : Patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Charlesbourg est une ancienne ville de la province du Québec qui a été intégrée à la ville de Québec en 2002, devenant ainsi un arrondissement majeur de la version élargie de la capitale. Charlesbourg se trouve dans la partie nord-ouest de la ville. D'abord connu sous le nom de « Bourg Royal », puis rebaptisé en l'honneur de Saint Charles Borromée, célèbre évêque italien du XVI siècle, c’est l'un des plus anciens quartiers habités de la province, puisqu’il a été fondé en 1659. Cette colonie a été muée en village en 1914, en bourg en 1949 et en ville en 1960. En 1976, cet arrondissement a absorbé trois collectivités voisines et a été réincorporé, conservant ce statut jusqu'à sa fusion avec la ville de Québec en 2002.

Autrefois centre laitier, fruitier et avicole du Québec, Charlesbourg est aujourd'hui principalement un quartier résidentiel du Québec. Le Jardin zoologique du Québec est son principal centre d’intérêt. Charlesbourg est d'abord et avant tout une région agricole. Ce fut pendant longtemps une destination de vacances pour les habitants de Québec, surtout dans la première moitié du XXe siècle. L’arrondissement s’est progressivement mué en banlieue chic de la ville de Québec.

Le cachet géographique et architectural du Vieux-Charlesbourg, reconnu lieu historique provincial (1965), mérite bien une visite pour les amateurs de géographie culturelle et de patrimoine architectural préservé. Il n'y a que deux exemples de ce genre d'établissement dans tout le Canada : Charlesbourg et l’arrondissement Beauport voisin. Charlesbourg est riche en monuments architecturaux, avec notamment l'église locale, construite entre 1827 et 1833, le moulin à grains des Jésuites et 15 autres maisons datant d'avant 1830. Une quarantaine d'autres bâtiments typiques de la seconde moitié du XIXe siècle feront le bonheur des passionnés d’histoire.

#5 Beauport

Beauport est l'arrondissement le plus à l'est de la ville de Québec. Il est situé là où les rivières Beauport et Montmorency se jettent dans le fleuve Saint-Laurent. À l'embouchure de la rivière Montmorency se trouve la célèbre chute éponyme qui ne manquera pas de vous émerveiller !

En 1634, Robert Giffard reçoit la seigneurie de Beauport de la « Compagnie des cent associés ». En 1698, 444 colons français s'installent à l'est de la rivière Beauport, attirés par la minoterie et les terres agricoles. Au cours du XIXe siècle, la proximité de Beauport avec la ville de Québec permet à l'industrie de se développer et à la région de prospérer. L'économie s'est diversifiée, passant de l'agriculture à l’industrie manufacturière, avec notamment une variété de produits fabriqués avec le bois local. En 1845, Beauport est reconnue comme municipalité. À la fin du siècle, la population avait quadruplé et les terres agricoles s'urbanisaient lentement. Cette urbanisation a entraîné le morcellement de Beauport en 7 municipalités différentes dont Giffard, Villeneuve et Montmorency.

Après 1960, une grande partie de la population a commencé à se rendre à la capitale Québec pour travailler. Au début des années 1970, la population a de nouveau quadruplé, complétant ainsi la transformation de Beauport en une communauté suburbaine. En 1976, les 7 municipalités ont été regroupées en une seule ville et en 2002, cette ville a elle-même fusionné avec Québec. L'architecture unique de Beauport s'étend sur plus de 350 ans. Chacune des 7 anciennes municipalités possède une riche histoire dans ses constructions résidentielles et ses églises d’un autre temps.

#6 La Haute-Saint-Charles

Haute-Saint-Charles. // Source : Wikipedia.org

Le nom du dernier arrondissement de ce tour d’horizon s’explique par le fait qu’il constitue la partie supérieure du bassin versant de la rivière Saint-Charles. Son importance est capitale, car il abrite la prise d’eau potable de la moitié de la population de la ville de Québec, au niveau de Château d’Eau sur la rivière Saint-Charles. Créé le 1er janvier 2002, l’arrondissement d’étend sur une superficie de plus de 140 km².

L’arrondissement de la Haute-Saint-Charles est surtout connu dans le monde pour enclaver la fameuse réserve indienne de Wendake, d’une superficie de 1,1 km². Elle abrite des maisons datant de plus de 300 ans, mais aussi des petites boutiques d’artisanats, des restaurants, des blocs résidentiels et des lieux touristiques. L’urbanisme curieux de la réserve obéit en fait à un vieus concept wendat, mais une nouvelle portion de l’endroit a été construite selon l’architecture nord-américaine moderne, avec des maisons, des bungalows, des commerces et des industries.